04/11/2009

PLAN

Introd4

05:55 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

I Introduction / Introdûjadje

 

" Si les administrations communales désirent inscrire la forme wallonne sous le nom français, nous ne nous y opposons pas . "

 

(GOOSSE, A., porte-parole de la Commission Royale de Toponymie et de Dialectologie, in : Bulletin wallon, 6, 1978 )

 

 

I INTRODUCTION

 

 

1. Pourquoi un dictionnaire?

 

1.1.Renaissance des villes et des villages

 

Dans le cadre de la renaissance des villes et des villages, en particulier dans la partie wallonne de la Belgique, ce dictionnaire peut servir à mieux faire comprendre le caractère bilingue de notre communauté, à savoir le bilinguisme wallon-français.  Des initiatives ont déjà vu le jour, notamment à Malmédy et à Fosses-la-ville, où tout un chacun peut lire les noms des rues en deux langues, ainsi qu’ à Spa et à Hastière, près de Dinant. 

“Les prémices d' un renouveau du wallon à partir d' une initiative hastiéroise? En tout cas, une initiative à suivre par d' autres lieux touristiques et de culte de la partie sud du pays.  En quoi consiste-t-elle ? A flécher et expliquer par des panneaux bilingues, français-wallon, une promenade dont une bonne partie en site neuf, réalisée autour de l’église romane d’Hastière-par-delà, et qui met davantage en valeur l' édifice religieux.

Une initiative, aussi, qui nous replonge dans nos racines.” (Motte,1984)

 

 

1.2. Prise de conscience de la valeur de la culture et de la langue wallonnes

 

L' homme, en contact avec la culture qui se fait planétaire, a besoin de retrouver ses racines, et on le constate autour de nous, pour accepter l'élargissement de son destin.  “L”homme moderne doit être à la fois enraciné et cosmopolite". (Lafont, 249, 1967) Et ses racines, il peut les retrouver, s' il est wallon, dans la langue wallonne, à côté du français.  Le wallon peut lui apporter plus que l’affirmation de son identité.  “La langue reconquise n’est pas, dans une perspective de progrès intellectuel, un rétrécissement mais un accroissement de chances de la création.  Dans l’ethnie multiculturelle,- comme il est naturel et actuel de le concevoir -, français et langue autochtone régénérée sont également des ouvertures de l' esprit.  On peut y ajouter les langues de voisinage, à l'heure de l' Europe." (Lafont, 228, 1967)

Les visions cosmopolites des Wallons sont aussi étroitement liées au bilinguisme français-wallon dont ils pourraient profiter davantage.  "Les possibilités qu’a le bilingue d'ouverture mentale et affective sur le plan social, culturel, littéraire, politique, etc, devraient développer en lui une personnalité plus riche, plus libre, équilibrée et intégrée. A condition, remarquons-le bien, que l'on nourrisse des attitudes positives envers chaque langue et chaque culture, sans exclusives ni préjugés.  (Titone, l08, 1974)

 

 

 

 

1.3. Importance du wallon

 

1.3.1. Auprès de la popu1ation

 

Suivant une étude récente réalisée par l' Institut de sociologie wallonne de Louvain-la-Neuve, parmi les citadins et les villageois de la partie wallonne du pays, ces deux catégories restent concernées par le wallon .  83 % des villageois et 82 % des citadins parleraient le wallon, très bien même dans 52 % des cas dans les villages et plus ou moins bien pour 47 % des citadins mais l' attachement émotionnel des citadins pour le wallon l' emporterait sur celui des villageois: "The larger a concentration of population the less people speak dialects; however the more a municipality is urbanized the more the people like the dialect." (Lefevre, 49, 1978)

Toujours selon nos statisticiens, cet attachement à la langue wallonne peut s'expliquer par la rupture de toute relation entre les gens en ville.  Ceci les aurait incités à rechercher un élément symbolique comme le wallon pour recréer un esprit de communauté: "Emotional attachment to the dialect is much more important in towns than in the countryside.  This may be explained by the rupture of interpersona1 relationship in the suburban environment, which has stimulated its residents to look for symbolic elements such as dialects that allow them to create "basic communities"." (Lefevre, ibid.)

Cet esprit de communauté plus ou moins latent fait appel à un support pour se consolider, à savoir les dictionnaires et les grammaires et ce dictionnaire, dans un effort de normalisation, tente en partie de concrétiser cette aspiration.

 

 

1.3.2. Dans la toponymie

 

Dans un article consacré à l' onomastique et ses deux branches maîtresses, la toponymie et l'anthroponymie, A. GOOSSE, docteur en philologie romane à l' U.C.L., évoque à deux reprises la légitimité du wallon dans ce domaine:

1. "Il ne faut jamais oublier que les toponymes comme les anthroponymes avant d' être mis par écrit et d' être figés dans la langue administrative, ont appartenu à l' usage oral", en l’occurence le wallon;

2. "Le principe essentiel est le suivant, et il ne souffre guère d' exceptions: le wallon est le seul héritier légitime de la forme primitive, qui y a évolué selon les lois phonétiques propres à chaque région. (GOOSSE, 1, p.90, 2. p.91, 1969)

 

 

2. COMMENT ?

 

2.1. Base

 

Les enquêtes scientifiques de Jean Haust (HAUST, 1940-1941), et les études étymologiques de Maurice BOLOGNE (BOLOGNE 1970) constituent la base de cette énumération toponymique.  D' autres travaux portant sur des espaces géographiques plus restreints ainsi que les témoignages de nombreux habitants et les contacts avec les gens de toutes régions concernées par ce dictionnaire.

 

2.2. Limites

 

2.2.1. L’orthographe

 

2.2.1.1. L' orthographe wallonne

 

2.2.1.1.1. Jean Haust et Maurice Bologne n' ont malheureusement pas utilisé

l'orthographe reconnue par les intellectuels wallons, l' orthographe FELLER, composée en 1900 par le philologue du même nom.  Honneur est fait dans ce livre à cet homme de mérite en respectant les différents principes de l' orthographe wallonne conventionnelle, valable pour toutes les variétés du wallon .

 

2.2.1.1.2. Les règles de base

Trois soucis ont guidé l' auteur: créer une orthographe phonétique, ne pas trop s' écarter de

l'orthographe du français, tenir compte de l' étymologie dans la mesure du possible

 

1) Eviter qu' un son ne soit rendu par trop de graphies différentes.

 

Ex. : - en français, il y a 46 graphies différentes pour le son "o-long'. comme dans les

          mots: eau, au(x), haut, La Rochefoucauld, etc.

        - en wallon, par contre, il y a 8 façons d' orthographier ce son: au (tchau), aud  

          (bastaud), auds (bastauds), aus (tchivaus), aut (dèfaut), auts (dèfauts), ô (rôse=

          la couleur rose), ô (exclamation):

 

cf. F: Bomal (prov. de Brabant) : W. Boumaul.

 

2) Indiquer la prononciation le plus exactement possible,

donc éviter une graphie "oiseau" pour une prononciation"wazô”:

·        par des accents .

Ex.: en français, dans: "Je chante les messes en vers”, seuls les ‘e’ de “chante” et la terminaison du pluriel de "messes" sont muets;  le ‘e’ de "je" est un "e muet" qui se prononce (!);

en wallon, au contraire, le 'e' non porteur d'accent ne sera jamais prononcé: ex.: "èle tchante come one masindje"; tous les autres 'e' auront un accent: ex: "Lès tchèts èvont o bwès èt lès mouchons èvolenut.  Il èst timp por zèls dè l’lèver." ou "C’èst clér qui c'è-st-amér di ièsse chalé.”:

cf. F: Villers-l'-Evêque (prov. de Liège); W.: Vilé-l'-Vèke).

 

·        un son long sera indiqué par un accent circonflexe, sauf le son ‘ô’ remplacé par la graphie 'au' suivant l' étymologie.

Ex.: en français, une lettre représentant un son bref peut avoir un accent circonflexe et une lettre représentant un son long ne pas en avoir: hôpital, zone, ... ;

en wallon: ospitau, zône.  On écrit donc en wallon bûre (boûre), guêre, maîsse (mêsse), ovrî, râre, sûr.

cf. F: Bure (prov. de Luxembourg): W.: Bûre.

Ex. : " Timps dè l' guêre, sûr qui l’ bûre èst pus rare po l' ovrî qu' po l' maîsse.”

 

·        quand on ne prononce qu'une seule consonne, on n'en écrit qu'une ,

sauf pour le son /s/ entre deux sons vocaliques dont le 2e n'est pas prononcé.

 

Ex:

F: char/chariot, charrette  timon/timonier et marron/marronnier peler/je pèle et épeler/j' épelle

 

W.: tchaur/tchèrète talon/talonète et maron/maronî, pèler/dji pèle et èpèler/dj' èpèle

mais

'èlle' (dans “èlle a dit") et 'Anna’ (l et n sont longs)

Cf  F Waremme (prov.de Liège): W.: Warème

          Genappe (prov. de Brabant): W.: Gngnape

 

3) Les sons seront représentes par une seule lettre si possible.

Ex.: fârmaçyin, catolike, tèlèfone .

Cf.: F Philippeville (prov. de Namur): W. Flipevile

       F Thuin (prov. de Hainaut): W. Twin.

 

 4) Le 'e' atone est rendu par la graphie 'eu', comme en français ‘seul’.

Ex.: F: femme prononcé /a/: W.: feume.

Cf .: F: Jemeppe-sur-Sambre (prov. de Namur): W.: à Djmeupe.

 

N.B.. La graphie wallonne 'ë', rend un son intermédiaire entre les 'e' atone et 'i' /I/  (= i /I/ dans le reste de la "Wallophonie").

Cf.: F: Tourinnes-la-Grosse: W: è l’Grosse-Tourëne.

 

D’autres remarques concernant l'orthographe des toponymes de ce dictionnaire seront mentionnés sous la rubrique 2.3..

 

 

2 .2 .1.2 . L’orthographe française

 

En comparant les orthographes française et wallonne des noms de lieux, on constate que la graphie wallonne est la plus simple, ne serait-ce que par sa régularité à représenter de la même manière les mêmes sons . Comment peut-on expliquer la difficulté d' écrire les toponymes wallons en français?  Notre philologue Jules Feller s’est appesanti sur la question et dans un article en faveur de la révision de l'orthographe des toponymes, il aboutit à la conclusion suivante: "Les premières chartes, dans notre pays comme en France, avaient été libellées en latin jusqu' au début du 13e siècle.   Pendant cette période, les noms des lieux et des personnes, quelle que fût leur provenance, se présentent traduits en latin ou affublés de terrminaisons latines." "Or, quand les chancelleries locales abandonnèrent le latin pour le roman, ce n'est pas dans le dialecte roman du pays, dans le pur roman wallon, dont les traits principaux étaient déjà fixés, que les notaires et les scribes dressèrent leurs actes.  Ils voulurent emp1oyer le beau parler des maîtres, dont le prestige s’était substitué à celui du latin.  Le français, pourtant, ils le savaient bien mal!”  Néanmoins, en partie par connaissance directe et exacte, en partie à coups d’analogie, ils fabriquèrent du français.  Les noms propres n’échappèrent pas à cette transposition."

Résultat: on a fait d’Ameri Curtis (Liège) Amercoeur parce que le wallon -coûr (Amécoûr) est en français -coeur; "Bealsen se transforme en Beausaint en interprétant chaque syllabe isolément. Maredsous est transcrit comme si le sens était "marais dessous", mais c'est un Maredresoul diminutif du nom d’un village voisin: Maredret."  (Feller, 215, 1928).  Et il ajoute: “Cette habitude de la francisation totale ou partielle  sévit depuis sept siècles".  Elle n' est pas restreinte aux Chartes de la chancellerie des comtes et des gouverneurs.  Elle concerne également le moindre scribe de village, et plus récemment les dresseurs de plans cadastraux et les cartographes,  “agents étrangers à la région ignorant le wallon ou les particularités de la phonétique wallonne." (Feller, 216-217, 1928).  Quelques années plus tard, Alphonse Bayot va même relever méthodiquement les  simples questions d' orthographe (au nombre de 24), les formes sujettes à révision (6), les problèmes de la francisation (9) inhérents aux toponymes wallons francisés.

 

En guise illustration, citons les exemples d'Aisemont et de Sart-Eustache (prov. de Namur) pour les formes wallonnes: inzès Monts (dans les monts) et Li Saut-à-Statches (1' essart aux piquets).

 

 

2.2.2. Le domaine linguistique et géographique wallon

 

2.2.2.1. Les cultures wallone, picarde, gaumaise

 

Généralement parlant, les mass media et l'école (!) traitent de la Wallonie en tant qu’unité politique, culturelle alors qu'il n'en est rien.   La Wallonie politique englobe bien plusieurs communautés culturelles et linguistiques et deux prises concordantes, celle des Picards français et celle d'un chercheur de l’U.C.L. illustrent cette réalité:

 

1 Il est à noter qu'un nouveau stato-nationalisme veut englober le Hainaut picard dans la région "wallonne", alors que le wallon proprement dit se parle à partir de la sous-région de Charleroi vers l'Est jusqu' à la limite du germanique." (Chti qui pinse, 1980).

2 "Si, par son dialecte, le pays de Bastogne atteste à plusieurs reprises la proximité du gaumais, son folklore ne connait guère ces traditions répandues en Gaume, ...: pas de"soudage" au feu de Carême, ni de "pesage" des filles; à peine l'une ou l'autre quête de mai.  Il faut dire que la distance psychologique est énorme entre l' Ardennais et les "Français du Sud".  Il n' y a pas que la forêt d' Anlier qui les sépare: leur patrimoine culturel respectif les éloigne autant que n' importe quelle frontière naturelle.” (Francard, 231, 1982)

 

A côté des cultures wallonne et francophone, il existe donc une culture picarde et une culture gaumaise mais aussi une culture néerlandophone ou flamande, germanophone et luxembourgeoise.  Toutes ces cultures appartiennent à un domaine géographique spécifique, encore que la culture francophone couvre la majeure partie de la Wallonie politique sauf les "Cantons de l' Est" (die Ostkantone ou “Cantons rédimés”), (ou plutôt en des termes moins ségrégationnistes, le domaine germanophone belge).

 

 

2.2.2.2. La Wallonie linguistique

 

1) La langue wallonne

·        Le wallon, une langue

Tout d' abord, une langue est par définition un moyen de communication de pensées, qui est employé à l' intérieur d' une communauté pour s'exprimer, et qui se différencie suffisamment d'une autre langue, un autre moyen de communiquer de la même sorte. On a trouvé que le wallon est une langue, qu'il se différencie du français de manière fondamentale (plus de 280 différences fondamentales ont été relevées par le professeur Roger Viroux au niveau de la syntaxe (le domaine de différenciation linguistique le plus important), de la morphologie et de la phonologie.

 

·        Le wallon possède 4 dialectes

Un dialecte est considéré comme un variété régionale d'une langue donnée et les parlers comme composantes d'un dialecte.  Le mot 'patois' est rejeté par les scientifiques car il est péjoratif, donc subjectif.  Dans ce cas, le wallon est constitué de quatre dialectes, généralement appelés le wallo-1orrain, le liégeois, le namurois et le wallo-picard.

 

Poursuivant l’effort de normalisation souhaité de plus en plus de Wallons, je vais utiliser les termes suivants qui me semblent mieux appropriés aux différents dia1ectes du wallon:

1 l’est-wallon ( = le liégeois),

2 le centre-wallon (= le namurois),

3 le sud-wallon (= le wallo-lorrain),

4 l’ouest-wallon (= le wallo-picard).

 

2) Le domaine linguistique wallon

a) Position géographique

Le domaine linguistique wallon couvre en Belgique cinq provinces (Brabant wallon, Luxembourg, Liège, Namur et Hainaut), et en France ce qu'on appelle communément la “Botte de Givet”.  A l’échelle nationale, ce domaine couvre 5 provinces sur 10 et 14 arrondissements administratifs sur 41, soit plus du tiers (Brabant wallon: = arr. de Nivelles; Hainaut: arr. de Charleroi, Thuin et Soignies; Liège: arr. de Huy, Liège, Verviers et de Waremme; Luxembourg: arr. de Bastogne, Marche et de Neufchâteau; Namur: arr. de Dinant, Namur, Philippeville) .

 

b) Limites linguistiques

 

(1) La langue wallonne et le gaumais, le luxembourgeois (au Sud)

Dans le sud de la Province de Luxembourg, la séparation linguistique entre la langue wallonne et le gaumais coïncide avec la limite administrative entre les arrondissements de Neufchâteau d’une part et d’autre part ceux d’Arlon (luxembourgeois) et de Virton (gaumais), et une zone forestière s’étendant d'est en ouest.  Les districts dialectologiques suivants constituent l' extrême sud de la zone wallonne: Bouillon (Ne70), Dohan (Ne71), Auby (Ne57), Cugnon (Ne72), Herbeumont (Ne73), Saint-Médard (Ne59), Straimont (Ne60), Suxy (Ne74),  - selon l’abbé Mouzon, professeur et linguiste de Neufchâteau, Suxy appartiendrait à la fois aux domaines linguistiques wallon et gaumais -, Assenois (Ne63), Mellier (Ne75) et Anlier (Ne76).

 

(2) La langue wallonne et le néerlandais (au Nord)

Au nord des arrondissements de Verviers, Liège et waremme (prov. de Liège), de Nivelles (prov. de Brabant) et de Soignies (Drov. du Hainaut), on utilise le néerlandais.  Actuellement, la limite linguistique entre ces deux domaines correspond en grande partie à la limite administrative.

 

(3) La langue wallonne et l’allemand (à l’Est)

Dans la province de Liège, l’arrondissement de Verviers est trilingue: wallon, français, allemand.  Les districts suivants constituent l’”Extrême-Orient" de la zone wallonne: Wanne (Ve44 ), Stavelot (Ve40), Bellevaux-Ligneuville (My4), Faymonville (My6), Waismes (Weismes) (My5), Robertville (My3), Jalhay (Ve32), Goé (Ve25), Limbourg (Ve24), Bilstain (Ve18), Henri-Chapelle (Ve50), Clermont (Ve8) et Aubel (Ve4).

 

(4) La langue wallonne et le picard

 

(a) Problèmes de précision géographique

P. RUELLE, professeur à l’U.L.B., a, me semble-t-il, le mieux défini la limite globale entre le picard et le wallon.  "Deux dialectes se partagent le Hainaut, inégalement

d’ailleurs: à l’ouest, le picard avec des centres urbains comme Tournai, Ath, Mons, Valenciennes, Maubeuge, Bouchain, Le Quesnoy, Avesnes; à l’est, le wallon avec Charleroi, Thuin; entre les deux, une zone intermédiaire qui englobe Braine-le-Comte,  Soignies, La Louvière et Chimay."  (Ruelle, 63, 1967)

 

(b) Problèmes de précision linguistique

Cette difficulte de trouver une limite stricte entre le wallon et le picard s’explique par des raisons historiques.  Alors que la forêt a joué un grand rôle dans la séparation entre le wallon et le gaumais, l'absence de frontières naturelles dans une région riche où les essartages ont été tôt accomplis, contribuait à faire de l’Ouest-Wallon une terre de confusion dialectale. 

Du point de vue linguistique, cette zone intermédiaire dont parle P. Ruelle est traversée par maints isoglosses, étudiés notamment par J. Simon:

“Si nous prenons de part et d’autre trois espèces éloignées, d'un côté Binche (Hainaut belge), Mons (id.), Saint-Pol (Artois), de l’autre Charleroi, Namur et Liège comme représentants extrêmes des deux genres, nous constaterons l' existence de 11 traits au moins pouvant servir à les caractériser l’un en face de l’autre.  Ce sont :

 

(Saint-Pol, Mons, Binche)

(Charleroi, Namur, Liège)

Exemples:

l c + a > k

 

tch

kèmîche (camisia), karète (karritta), k’min (caminum), ha (cattum), k’vau (caballum)

2 g + a > g

dj

gardin (germ. garten), gambe, gambon (gambaonem)

3 c+ e,i > ch

s

chink (cinque) -- cink;

chène (cinerem) -- cène(, cinde)

4 ty+ V > ch

 

s

couminchî (cominitiare), pièche (petia) -- pîce,

puch (puteus) -- pus’

5 s + C > amuï

non amuï

tiète (testam), baton (bastonem)

6 arium > ié

î

mortié (morarium)

7 ë tonique > ié

î

pié (pedem), liève (leprem)

8 e + y > y

 

é

li (lectum), pi (pectus)

Ces huit traits nous montrent les deux dialectes en complète opposition; nous pouvons y ajouter les trois suivants:

9 ellum > iô

non vocalisation wallonne de ‘l’: ia (Ch, Na), ê (Li)

capiau, biau, catiau (capellum, bellum, castellum)

10 3e p. pl. ind. prés. + tè

nu (Ch, Na) ou simple accentuation sur la finale (Li)

i cantè bî -- i tchantè /tchantenu bin

11 sg. du cond. pr. en -weu (Saint-Pol, Mons) et u (Bi.)

eu (Ch, Na, Li)

dirweut / dirut -- dîreut.

 

(Simon, 108-110, 1892)

 

(5) La langue wallonne et le champenois

Cette séparation entre le wallon et le champenois, dialecte français, est d'une importance secondaire car elle ne concerne que 3 villages à l' extrême sud de la province de Namur actuelle.  Ces trois villages sont donc champenois: Bagimont (Ne65), Sugny (Ne66) et Pussemange (Ne67). 

 

(6) La langue wallonne et le français

Le français est bien entendu employé dans toute la partie "wallophone" du pays.  Par contre, le wallon est aussi utilisé en France, plus précisément dans la botte de Givet, jusqu' à Revin au sud.

 

(7) La langue wallonne aux U.S.A.

Des immigrés wallons se sont installés au siècle dernier près du lac Michigan.  Leurs descendants actuels, pour la plupart parfaits bilingues wallon-anglais, le parlent sans complexe, ce qui nous fait terriblement défaut, à nous, Wallons du Vieux Continent.  Ici, il ne peut être question que de délimiter l' ensemble des zones où se sont installés "nos Walons do Wisconsin”.

 

 

2.3. Comment l'utiliser ?

 

2.3.1. Orthographe des toponymes    (cf Règles de base 2.2.1.1.2.)

 

2.3.1.1. 3 Principes

En wallon et en français, pour écrire les noms de lieux, nous devons nous soumettre à trois principes:

a. le principe phonologique: représenter le plus exactement les sons de la langue parlée, 

b. le principe analogique: respecter la parenté entre les langues wallonne et française, entre les mots wallons;

c. le principe étymologique: respecter la graphie d’origine.

 

Comme le conseillait Jules Feller, le père de l’orthographe wallonne, le principe phonologique doit primer. Toutefois, il faut signaler la différence fondamentale entre la graphie des phonèmes et des morphèmes. 

 

(Rappelons que le morphème est la plus petite unité linguistique avec une signification indépendante et/ou une fonction grammaticale. Ex.: le -ra de “aimera", le -logue de "géologue"; le mot fenêtre; qu’un phonème est la plus petite partie sonore du langage, élément qui possède une fonction de distinction lexicale: ex.: le 'p' de "pes" est un phonème car il se différencie de 'b' qui forme un mot différent: "bas"; en français, le ‘r roulé’ et le ‘r non roulé’ ne sont pas des phonèmes en wallon, ils ne forment dans aucun cas des mots différents.)  Les morphèmes ont une graphie qui respecte les principes b et c, les phonèmes formeront le groupe a.

 

 

2.3.1.2. Principe étymologique

 

a. Le français et le wallon le respectent

 

Les morphèmes toponymiques suivants respectent l' étymologie latine ou germanique:

1 bois (f. ), bwès, bos (w.): Bois-de-Villers, Bwès-d'-Vilé (prov. Na.);

2 -bourg (f. ), - bourg / boûrg, -borg (w.): M a s b o u r g - Masborg (prov. Lx.);

3 -court (f. ), coû(r)t / cout (w.) : Rocourt - Rôcout (prov. Li.) ;

4 mont (f./w.): Jolimont - Djolimont (prov. H.), Wittimont - Witièmont (prov. L.);

5 -pont (f./w.): Pont-à-Celles - Pont-à-Cè1e (prov.H.);

6 saint (f.), sint (w.): Saint-Géry - Sint-Djèrë (prov. B.);

7 sart (f. ), saut / sârt / sårt / sât (w.):  Rixensart - Ricsinsaut (prov.B.).

 

 

b. Le français ne le respecte pas, le wallon bien.

 

Exemples:                                                                                           

FRANCAIS

WALLON                 

ETYMOLOGIE

1) Province de Brabant

 

 

Folx-les-Caves

Fau(-lès-cauves)

Falsum (le mauvais bien)

Oisquercq

Oskërk

Otselkirika (l’église d’Otsel)

 

2) Province de Hainaut

 

 

Cour-sur-Heure

Coûrt

Curtem (le manoir)

Dampremy

Dârmè

Domini Remigii (le domaine de Saint-Remy)

Lompret (cf Longchamps)

Long-Prè

Longum pratum (le long pré)

Merbes-le-Château

Mèrpe-Chatau

Marapias (les terres sur la Marapa (= l’eau qui scintille))

Pont-de-Loup

Pondelau

Pntaruvalum (le domaine de la Pontarula (= la petite eau sacrée)

Rièzes

Lès Riêses

Riesis (: aux terres en fraiche)

Sars-la-Buissière

Sârt

exsartum (l’essart)

 

3) Province de Liège

 

 

Heure-le-Romain

Eûre-li-Romin

Idara (l’eau rapide)

Lincent

Lésin

Lindisheim (la maison de Linson)

 

4) Province de Luxembourg

 

 

Beausaint

Bêssin

Belum sinum (la belle courbe)

De même en Gaume:

 

 

Saint-Vincent

savinsât

Sabinisartum (l’essart de Savin)

Rossignol

Locheno

Lusciniolum (le rossignol)

 

5) Province de Namur

 

 

Aische-en-Refail

Ache

Asca (le frêne ou l’eau aux frênes)

Aisemont

inzès Monts

(dans les monts), inzès: < Lat. intus in illos

Dourbes

Dourpe

Dotarapa (l’eau qui tourbillonne)

Sart-Eustache

Li Saut-à-Statches

(l’essart aux piquets)

Wierde

Vièrte

Vereta (la rivière sinueuse)

 

6) France

 

 

Chooz

Tchau

Calcum (l’endroit où l’on produit de la chaux)

 

c Le français et le wallon ne le respectent pas.

 

Il serait bon de signaler les formes françaises et wallonnes suivantes qui ne respectent pas l’étymologie:

Celles-lez-Waremme

Cèle

Silva (le bois)

Cerfontaine

Cèrfontène

Sex fontanas (les 6 fontaines)

Ciergnon

Cièrgnon

Serenionem (la propriété de Serenius)

 

La lettre ‘c’ se trouve en début de mot.  Elle reste utilisée en wallon dans ces trois cas de même que dans tous les autres toponymes qui ont un ‘c’ initial en français (sauf Cugnon - (W) Keugnon où le ‘k’ s’avérait nécessaire, ‘Ceugnon’ aurait reçu une prononciation différente), et ce pour faciliter la lecture et non l’écriture.

 

 

2.3.1.3 Principe analogique

 

a Respecter la parenté entre le wallon et le français

 

Pour faciliter la lecture, de loin plus importante que l’écriture,- car on lit plus qu’on écrit -, l’orthographe wallonne copie dans de nombreux cas l’orthographe française au début du mot:

1 H-:

- en wallon, le 'h' est prononcé dans la province de Liège et en bordure de celle-ci dans les provinces de Luxembourg et de Namur; on l’écrit dans ce cas mais également dans les autres formes qui prennent le ‘h’ muet initial en français:

F.: Hannut: W.: Hanu /h/ (prov. Li.),

     Houtain-le-Val: W.: Houtin  /-/ (prov. Br.)

 

2 C-/QU-:

   C-   Couillet: W.: Couyèt (prov. H.)

          Cetturu         Cèturu (prov. Lu.)

   QU- Queue-du-Bois: W.: Quawe-dè-Bwès (à l’) (prov. Li.)

          Quatre-Bras:             Quate-Cwins (prov. Na)

 

 

b. Respecter la parenté entre l’adjectif et le nom

 

1 La relation sémantique entre l’adjectif et le nom

 

Au niveau morpho-sémantique, les noms de lieu composé d’un adjectif et d’un nom sont perçus par l’auditeur autrement que ceux qui comprennent deux noms (comme Livarchamps - Livârtchamp (prov. Lx.) et Vitrival - Viètrîvau (prov. de Na.). 

En effet, on distingue grâce à l’adjectif Grand-Han de Petit-Han (prov. de Lx.), Enghien de Petit-Enghien (prov. du H.), etc.  A priori, on verra donc le nom de lieu avec un adjectif en tant qu’agencement de deux mots distincts tandis que les autres noms composés seront considérés à première vue comme une entité.  Ici, nous touchons au domaine de l'agglutination grammaticale (orthographique et sémantique).   Dans le deuxième cas, les deux noms (= une entité) sont soudés ensemble (Ex.:  Senonchamps - S’nontchamp (prov. de Lux.), Stoumont (en w. et en f.) (prov. de Li.); dans le premier cas, ils sont séparés par un trait d’union marquant à la fois l’union et la distinction sémantique. 

Quand le nom est précédé d’un adjectif, les toponymes wallons respectent le principe analogique, ce qui n’est pas le cas du français.

 

Ex.:

(prov. H.)

Les Bons Villers

"Lès Bons-Vilés"

 

Longpont

Long-Pont

 

Grand-Reng

Grand-Rin

 

Grand-Rieu

Grand-Ri

 

Petit-Enghien

P’tit-Inguî

(prov. de Li.)

Beaufays

Bê-Fayi

 

Beaumont

Bê-Mont

 

Bellevaux

Bèle-Vâ

 

Hautregard

Haut-R'wârd

 

Neuf .chateau

Noû-Tchèstê

 

Neupré

Noû-Pré

(prov. de Lx.)

Grand-Han

Grand'-Han /h/,

 

Grandrue

Grand-Ru

 

2 Les consonnes finales

Les consonnes des noms de lieux sont conservées dons la graphie wallonne quand on les prononce (1) ou quand elles font partie d' un morphème (2).

Ex. :

(l) F.: Louette-Saint-Denis: W.: à l' Grande-Louwate (prov. de Na.), Wéris  - Wèris (prov. de Lx.),

(2) F.: Hautregard  -  W.: Haut-R’wârd (prov. de Li.), Dion-le-Mont - Djon-l'-Mont (prov. de B.).

Suivant les règles de l' orthographe Feller, en raison de l’étymologie et de l’analogie, il est des cas où la prononciation wallonne conserve les syllabes finales douces, des cas où elle change les syllabes finales douces en fortes.  Dans l' écriture, on conservera la consonne douce étymologique comme en français: pôve ovrî, pôve èfant; rodje, grande, âbe (aube), doze ans, dj' ènn 'a doze; grandès djins, rodjès féves; manèdje (mwin.nadje), crapôdes.

De même pour les noms de lieux:

ex.: (prov. de B.) F.: Autre-Eglise: W.: Aute-Glîje /’j’/, (Basse-)Wavre (Basse-)Auve /f/, Orp-le-Petit  -  Or-Pëtët; (prov. du H.) Manage - Manâdje /’tch’/.

 

 

2.3.1.4. Principe phonologique

 

a Les sons typiquement wallons

 

Le wallon possède des phonèmes inexistants en français:

å

(est-wallon) = le å de hall en anglais

F Aubel: W. Åbe (prov.Li.)

dj

= le ‘j’ de John en anglais

F Jodoigne: W Djodogne (prob. B.)

F Jumet: W Djumèt (prov. de H.)

ê

 

F Beignée: W Bingnêye (prov. H.)

F Aineffe: W Enèfe (prov. Li.)

ë

 

F Orp-le-Petit: W Ôr-ëtët (prov. B.) (cf 2.2.1.1.2.)

h

le ‘h’ initial /h/:

 

 

 

F Tahier: W Tahîr (prov. N.)

F Waha:  W Wahau (prov. Lu.)

 

le ‘h’ final / X/ = le ‘ch’ de Mönchengladbach en allemand

F Chanxhe: W Tchanhe (prov. Li.)

cerexhe: W Cèréhe (prov. Li.)

é et î nasalisées:

én et în

(ouest-wallon)

F Haulchin: W Haucén

Rubignies: Reûgnîn (prov. de H.)

 

 

 

b Les combinaisons typiques

Par souci de clarté, on écrit un point entre les voyelles nasalisées a, i, o (an, in, on) et la nasale ou la voyelle qui suit.

Ex.: F.: Annevoie: W.: An.nevôye; Onhaye: On.aye; Thynes: Tin.ne (prov. N.)

            Blanmont: Blan.mont (prov. B.)

 

c La minute

Selon Feller, il faut marquer de la minute (= ‘ ) toute consonne que l'on craint de voir interpréter comme muette en raison de l’analogie avec les mots ou les suffixes correspondants du français:

Ex.: Dong'biè (prov. de B.) F.: Dongelberg

       Naus       (prov. du H.)     Naast

 

d Au milieu et à la fin du mot

Au lieu d' une graphie respectant le principe analogique au début du mot, la 'moitié’ et la fin du mot vont adopter le principe phonologique sans rendre plus difficile la lecture du vocable tout entier.  (cf 2.3.1.0. pour les cas particuliers de phonèmes )

Ex.: F.: Rebecq

W à R’bèk

Pinchart

Pènetchau (prov. B.)

Champs

Tchamp (prov. Lu)

Coo

Cô (prov. Li.)

Porcheresse

Potcherèsse (prov. de N.)

 

e Les agglutinations

Du point de vue synchronique, au cas où il n' est plus possible de distinguer les diverses parties du mot composé (par exemple, en raison de l’altération d'une voyelle ou d'une consonne), le nom de lieu sera écrit en un mot:

Ex.: F Sart-Dame-Aveline

au Saut ou Sautamauvlène (prov. de B. )

Bois-d'-Haine

au Botin.ne (prov. de H.)

Plainevaux

Plin.nèvâ

Chaudfontaine

Tchaufontin.ne (prov. de Li.)

mais Plainevaux

Plin.ne-Vau (prov. de Lu.) .

 

f Imitation du français

Dans certains noms de lieux, le français utilise le graphème 'z’ entre deux voyelles au lieu du 's' conforme à la règle. Le wallon utilisera egalement le 'z' dans ce cas, ceci dans le but de se rapprocher d'une orthographe plus phonologique (plus souhaitable mais encore impossible à appliquer actuellement vu la connaissance insuffisante par les Wallons de l' orthographe wallonne par rapport à l'orthographe française dont ils s'inspirent pour lire le wallon).

Ex.: F.: Gueuzaine: W.: Gueûzéne (prov. de Li.),  Juzaine  Djuzin.ne (prov. de Lx.).

 

g Avantages du wallon sur le français

L'orthographe wallonne, plus phonologique, s'écrit plus facilement que le français qui a hérité du passé des combinaisons de lettres trop souvent superflues ou"bizarres".

Ex.: les voyelles superflues ou 'bizarres’' en français:

(prov. de Li.) Coo

â Cô

Meeffe

Mêfe

Meiz

o Mé

Boëlhe

Bôye

Boing

Bwin;

(prov. de H.) Leernes

Lièrne

Naast

Naus

 

 

les consonnes superflues ou “bizarres” en français:

(prov. Li.) Pailhe

Påye

Thisnes

Tîne

Thys

Tis'

Hockay

so Hokê

Paifve

Pêve

Tilff

Tif

(prov. de Na.) Feschaux

Fèchau

Ohey

(prov. de B.) Bierghes

Bièrgue

(prov. du H.) Le Roeulx

au Rû

Mignault

 

Miau

(prov. de B.) Oisquercq

Oskërk

mais (prov. du H.) Steenkerque

Stinkèrk

 

 

2.3.2. Remarques

 

2.3.2.1. Les nouvelles entités communales sont transcrites en wallon mais entre guillemets car ces noms, le plus souvent formés à partir de toponymes existants, sont de fraîche date, en wallon et en français:

prov. du B.

Louvain-la-Neuve

"Noû-Lovin”

 

Orp-Jauche

"Ôr-Djauce

prov . du H.

Les mons Vi11er

"Lès Bons-Vilés"

prov. de Li.

Neupré

“Noû-Pré”

 

Thimister-Clermont

"Timistêr-Clérmont"

 

prov. de Lu.

Libramont-Chevigny

? (à créer) ,

 

Saint-Ode

"Sinte-Ôde"

prov. de N.

Fernelmont

"Fèrnémont”

 

La Bruyère

à “l’Brouwêre”

 

Viroinval

"Virwinvau" .

 

 

2.3.2.2. Sons typiquement gaumais et picards

- gaumais:

ån: un son intermédiaire entre 'an' et ‘on’: ex.: F. Nantimont: G.: Nantièmånt;

èn:   un son intermédiaire entre ‘èn’ et ‘èng’: ex. F Pin: G:  Pèn',  Fratin: Fratèn;

an:  un son intermédiaire entre ‘an’ et ‘ang’: ex.:F. Han, Marbehan: Han, Marbuhan.

- picard:

ån: comme 'Moucra°n’ (semblable au ‘a°n’ gaumais);

eo:  diphtongue et

eon: triphtongue: ex.: F. Fontenoy: Pic. Fonteneo, Froidmont: Fromeont

Il faut ajouter que le 'e’ de ‘eo(n)’ est prononcé legèrement.

 

2.3.2.4. Les toponymes luxembourgeois

Afin d’être complet, il est utile d' ajouter à cette série de toponymes romans ou romanisés les noms de lieu de la région appelée 'Arelerland’ qui fait également partie de la Wallonie politique.  Bien entendu, l'orthographe utilisée ici est celle codifiée par les Luxembourgeois.

 

2.3.2.5. Différence entre hameau et village

En pratique, il n’est pas toujours aisé de distinguer ces deux noyaux d' habitation.  Pour cette raison, j’ai préféré prendre des endroits considérés par certains comme des hameaux et par d'autres comme des villages.

 

2.3.2.6. Liste des abréviations et des mots explicatifs

anc.

= anciennement

arr.

= arrondissement

champ.

= champenois

ord.

= ordinairement

/  /

/h/. on prononce le ‘h';

/(h)/: prononciation facultative

/?/: dans En'hè (prov. de N.): ce son (le "glottal stop" anglais) remplacerait le 'h' /h/ original.

05:54 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

II Toponymes romans et germaniques / Toponimes romans èt jèrmanikes

II Toponymes wallons, gaumais, picards et luxembourgeois, et toponymes germaniques du nord-est de la province de Liège

05:52 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

1 Villes et villages / Viles èt viladjes (/ vèyes èt viyèdjes): 1.1 Partie romane / Pârtîye romane: A

1 Villes et villages

 

1.1 Partie romane

 

Abée-Scry

Âbèye-Scrî

Li

Abolens

Li Bôlin

Li

Achêne

Achin.ne

Na

Achet

Achèt

Na

Achouffe

Achoûfe (ordt. à Choûfe)

Lu

Acosse

Åcosse

Li

Acoz

Auco

H

Acremont

Aucreûmont

Lu

Adzeux

Å D’zeû

Li

Agimont

Naudjumont

Na

Ahin

Ahin /h/

Li

Aineffe

Ênèfe

Li

Aische-en-Refail

Ache (à(-y)-)

Na

Aiseau

Aujau

H

Aisemont

Inzès-Monts (à )

Na

Aisne

In.ne

Lu

Aisomont

Êssômont (èn-)

Li

Alhoumont

Alhoûmont (à-n-)

Lu

Alle-sur-Semois

Aule (à-y-)

Na

Alleur

Aleûr

Li

Almache

Mache (à l’)

Lu

Amas

Åma

Li

Amay

Ama (à(-y-))

Li

Amberloup

Ambèrlou

Lu

Ambly

Ambli

Lu

Ambresin

On.mezin

Li

Ambrésinaux

Ombezigna

Li

Amcomont

Am'cômont (à)

Li

Amonines

Monène

Lu

Amougies

Amoujî

H

Ampsin

Amecin

Li

Andenelle

An.n'nale

Na

Andenne

Andène

Na

Anderlues

Andèrlûwe

(ou èl Bourlète car son clocher est surmonté d’un bulbe, ène bourlète (Liébin,1991,9))

H

Andoy

Andwè

Na

Andrimont (La Gleize)

Andrîmont (èn-)

Li

Andrimont (Verviers)

Âdrimont (à-n-/èn-)

Li

Angleur

Angleûr

Li

Angre

Angue

H

Angreau

Angriyau

H

Anhée

An.yéye

Na

Anlier

Anliè

Lu

Anloy

Anlè

Lu

Annevoie

An.nevôye

Na

Ans

Ans'

Li

Ansart

Ansât

Lu

Anseremma

Anserème

Na

Anseroeul

Ansereu

H

Ansuelle

An'swèle

H

Anthée

Antéye

Na

Antheit

Ontè

Li

Anthisnes

Antène

Li

Antoing

Antwon

H

Anvaing

Anvègn

H

Arbes~oinne

Arbrefontaine

Li

Arbre

Iaube

Na

Arbres-lez-Ath

Arbe

H

Arc-Ainières

Ark-Ègnêre

H

Archennes

Ertchène (à-y-)

Br

Arc-Wattripont

Ark-Watripont

H

Argenteau

Årdjètê (ou èn-Åyetê)

Li

Arimont

Ârimont (èn-)

Li

Arloncourt

Ârloncoûrt ou à 'Rloncoûrt

Lu

Arquennes

Ârkène

H

Arsimont

Aursumont

Na

Arville

Aurvaye

Lu

Asquillies

Askiyî

H

Assenois (arr.Bast.)

Èsnè

Lu

Assenois (dép.Offagne)

Asnès (aus-) ou Asneus (aus-)

Lu

Assenois (-Neufchâteau )

Asnwa (à(-y-)-)

Lu

Assesse

Assèsse

Na

Ath

Ât’

H

Athis

Âtis'

H

Atrin

Âtrin

Li

Attre

Ate ou Atre

H

Aubechies

Obechî   (/-p-/: assimilation)

H

Aubel

Åbe

Li

Aublain

Aublin

Na

Auby-sur-Semois

Aubî

Lu

Audemez

Audemé

H

Audregnies

Audèrgnî

H

Aulnois

Aunwa

H

Autre-Eglise

Aute-Glîje

Br

Autreppe

Autrèpe

H

Auvelais

Auvelè

Na

Ave-et-Auffe

Âve (à-y-); Auve (à-y-

Na

Avennes

Avène

Li

Avernas-le-Bauduin

Êmna = In.mna

Li

Avin (arr. War.)

Åvin

Li

Awagne

Awagne

Na

Awan

Awan

Li

Awans

Awon (à-y-)

Li

Awirs

voir Les Awirs

Li

Aye

Auye

Lu

Ayeneux

Êgneû (anc.: Ågngneû (èn-))

Li

Aywaille

Êwèye

Li

Azy

Auzi

Lu

05:47 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

B

Baclain

Bâclin

Lu

Baconfoy

Baconfwè

Lu

Bagimont

Badjimont

Na

Baileux

Bêleû

H

Bailièvre

Bêliêve

H

Baillamont

Bayamont

Na

Bailleul

Bayeû

H

Baillonville

Bayonvèye

Na

Baisy-Thy

Bauji-Tî

Br

Bajenrieux

Badjéri

H

Balâtre

Balausse

Na

Bambois

Bambwès (au)

Na

Bande

Bande

Lu

Baneux (Lierneux)

Ban.neû (è)

Li

Banneux-Notre-Dame

Båneû

Li

Baranzy

Barazi

Lu

Baraque

Barake (à l’)

Na

Barbençon

Barbinçon

H

Barcenalle

Baurcinale

Na

Barchon

Borhon ou Bårhon  /h/

Li

Baronville

Baronvèye

Na

Barry

Bari

H

Barsy

Bårsî

Na

Barvaux-Condroz

Bârvia

Na

Barvaux-sur-Ourthe

Barvê

Lu

Barzin

Baurzin

Lu

Basècles

Bausèke

H

Bas-Oha

Bas-Ohå /h/

Li

Basse-Awirs

Basse-Awère (à l’)

Li

Basse-Bodeux

Bôdeû

Li

Basse-Desnié (ou Desnié)

Dès’gné (è l’)

Li

Bassenge

Bassindje

Li

Basses-Arches

Basse-Nausse (è l’)

Na

Basse-Wavre

Basse-Auve

Br

Bassilly

Bacheli

H

Bastogne

Bastogne

Lu

Battice

Lès Batices (so)

Li

Battincourt

Batiécout

Lu

Bauche

Bautche

Na

Baudour

Baudoû

H

Bauffe

Baufe

H

Baugnée

Bawgnêye

Li

Baugnies

Baugnî

H

Baulers

Baulé

Br

Baulet

voir Wanfercée-Baulet

H

Beaufays

Bê-Fayi

Li

Beaulieu

Bêleû

Lu

Beaumont

Biaumont

H

Beaumont

Bê-Mont

Li

Beauraing

Biarin

Na

Beausaint

Bêssin

Lu

Beauvechain

Bauvètchén

Br

Beauwelz

Biauwé

H

Becco

Bècô

Li

Bêche

Bèch (anc. Bèh /X/)

Lu

Beclers

Bièclé

H

Becquereau

Bècreo

H

Beemont

Bêyemont

Li

Beez

Na

Beffe

Bêfe

Lu

Beharprez

Bèhiârpré /h/

Lu

Behême

Péme ou P'hême

Lu

Beho

B'hô (à) /h/

Lu

Beignée

Bingnéye

H

Belgrade

Bèlgrâde

Na

Bellaire

Bèlêre

Li

Belle

Bèle

H

Bellecourt

Bèle-Coûrt

H

Bellefontaine

Bèle-Fanténe

Lu

Bellefontaine

Bèle-Fontin.ne

Na

Bellevaux

Bèle-Vau

Lu

Bellevaux-Ligneuville

Bèle-Vâ-Lègnoûvèye

Li

Belmont

Biémont

Lu

Beloeil

Beuleul

H

Ben-Ahin

Bèn-Ahin /h/

Li

Bende

Binde

Lu

Benonchamps

B’nontchamp (à)

Lu

Bercheux

Bêrtcheû

Lu

Berchiwé

Bèrtchîwéy

Lu

Bergeval

Bèrdjîvâ

Li

Bergilers

B’djîlé (à)

Li

Berguème

Bèrguème

Lu

Bérismenil

Mwin.ni (o )

Lu

Berleur

Bièrlû

Li

Berloz

Bièrlô

Li

Berneau

Bièrnaw

Li

Bernimont (Assenois- Neufchâteau)

Bèrnîmånt

Lu

Bernimont (Ste-Marie)

Bèrnîmont

Lu

Bernissart

Bèrnissât

H

Bernister

Bèrnistèr

Li

Bersillies-l’Abbaye

Bèrsèyîye

H

Bertinchamps

Bèrtintchamp

Na

Bertogne

Bièrtogne

Lu

Bertrée

Biètrêye

Li

Bertrix

Bèrtrè

Lu

Berzée

Bèrzêye

Na

Besinne

B’zène (à)

Na

Besonrieux

B’zonrî (à)

H

Beth

Bè (à)

Lu

Béthomont

Bétômont

Lu

Bettincourt

Bètécoûrt

Li

Beuzet

Beûzèt

Na

Béverc

Bévurcé

Li

Beyne-Heusay

Bin.ne-Heûsê

Li

Bienne-lez-Happart

Biène (Happart: Hapârt)

H

Biercée

Bièrcéye

H

Bierges

Bièrdje

Br

Bierghes

Bièrgue

Br

Bierset

Bièrzèt

Li

Bierwart

Bièrau

Na

Biesme

Bieume

Na

Biesmerée

Bièmeréye

Na

Biesme-sous-Thuin

Bième

H

Bièvre

Bîve

Na

Biez

Biè

Br

Bihain

Bihin /h/

Lu

Bilstain

Blistin

Li

Binche

Binche (anc. Bince)

H

Bioul

Biou

Na

Biourges

Biyoûrdje

Lu

Biron

Bîron

Lu

Biron

Bîron

Na

Bizencourt

Bizincourt

H

Bizory

B'jôri (à)

Lu

Blaimont

Blaîmont

Na

Blanche-Oreille

Blantche-Orèye

Lu

Blandain

Blandan

H

Blanmont

Blanc-Mont

Br

Blaregnies

Blaregnî

H

Blaton

Blaton

H

Blaugies

Blaujî

H

Blégny

Blègné

Li

Bleharies

Blari

H

Blehen

Blèhin

Li

Bleid

Blèy

Lu

Bleret

Blèrèt

Li

Blicquy

Bliki

H

Blier

Blîr

Lu

Blindef

Blindèf

Li

Bodange

Bodindje

Lu

Boëlhe

Bôye

Li

Boeur

Beûr

Lu

Bohan

Bôan

Na

Bohon

Bohon

Lu

Boignée

Bwagnéye

Na

Boing

Bwin

Li

Boirs

Bwêr

Li

Bois-d’Haine

Èl Botin.ne (au Botin.ne)

H

Bois-de-Lessines

Bos-dè-L'ssine

H

Bois-de-Nauwe

Bos-dè-Nau

H

Bois-de-Villers

Bos-d'-Vilé

H

Bois-de-Villers

Bwès-d’Vilé (o)

Na

Bois-et-Borsu

Bwès-Borsû

Li

Bois-Seigneur-Isaac

Bos-Sègneûr-Isa ou Bolosa

Br

Boisseilles

Bwèssèye

Na

Bolinne

Bolène

Na

Bolland

Boland

Li

Bomal

Boumaul

NB Bomal était appelé par les habitants de Mont-Saint-André: Boumaul-Nosse-Dame (église dédiée à Notre-Dame) (Legros,BP)

Br

Bomal

Boumål

Lu

Bombaye

Boûbåye

Li

Bombois

Båmbwès (l’)

Lu

Boncelles

Boncèles (lès/ås)

Li

Boneffe

Bounéve

Na

Bonijoux

Bonëchou

Na

Boninne

Bonène

Na

Bonlez

Bonlé

Br

Bonnerue (dép. Mabompré)

Boneru

Lu

Bonnerue (dép. Moircy)

Boneru

Lu

Bonneville

Boune-Vîye

Na

Bon-Secours

Bon-Scoûr

H

Bonsin

Bonsin

Na

Borgoumont

Borgoûmont (è)

Li

Borlez

Borlé

Li

Borlon

Borlon

Lu

Bormenville

Borminvèye

Na

Bornival

Bournivau

Br

Bossière(-Mazy)

Bossêre

Na

Bossière(-Saint-Gérard)

Bossêre

Na

Bosson

Bosson

Li

Bossut-Gottechain

Bossë-Godètchén

Br

Botassart

Bôtaussaut

Lu

Bothey

Bôtè

Na

Bouchaille

Bouchaye (à l’)

Na

Bouffioulx

Boufioû

H

Bouge

Boudje

Na

Bougnies

Bougni

H

Bougnimont

Bougnimont

Lu

Bouillon

Bouyon

Lu

Bouly

Boulî  (au)

Br

Bouny

Bounî (å)

Li

Bourcy

Borci

Lu

Bourdon

Bordon

Lu

Bourgeon

Bourjeon

H

Bourlers

Bourlé

H

Bourlon

Bourlon

H

Bourseigne-Neuve

Grande-Boursègne (à l’)

Na

Bourseigne-Vieille

Pitite-Boursègne (à l’)

Na

Boussoit

Bouswo

H

Boussu

Boussu

H

Boussu-Bois

Boussu-Bos

H

Boussu-en-Fagne

Boussu-è-Fagne

Na

Boussu-lez-Walcourt

Boussu

H

Bousval

Bousvau

Br

Bouvignes

Bovègne

Na

Bouvignies

Bouvegnî

H

Bovenistier

Bômistî

Li

Bovesse

Bovèsse

Na

Bovigny

Bomegnî

Lu

Bra (-sur-Lienne)

Brâ

Li

Brafe

Brafe

H

Braibant

Braîbant

Na

Braine-l'-Alleud

Brin.ne-l'-Alieu

Br

Braine-le-Château

Brin.ne-Chatau

Br

Braine-le-Comte

Brin.ne

H

Braives

Brêve

Li

Branchon

Brançon

Na

Bras (dép.Wardin)

Brâ

Lu

Bras (Libramont)

Brau

Lu

Bras-Haut

Haute-Brau (à l’)  /h/

Lu

Brasmenil

Brâ(-l’-Min.ni)

H

Bra-sur-Lienne

voir Bra

Li

Bray

Bré

H

Bressoux

Brèssou

Li

Breuvanne

Bruvane /h/

Lu

Briffeuil

Brufeû

H

Briquemont

Brikemont

Na

Briscol

Brîhe-Cô /h/

Lu

Brisy

Brîhî  /h/

Lu

Brivioulle

Brivioûle

Li

Brugelette

Brujelète

H

Bruille

Brûle

H

Brûiy-de-Pesche

Brûli-d’-Pèche (au)

Na

Brûly

Brûli (au)

Na

Brumagne

Brumagne

Na

Brume

Brome

Li

Brunehaut

“Brun.neo”

H

Brux

Bru (o)

Li

Bruyelle

Briyêle

H

Brye

Brîye

H

Buissenal

Bujenal

H

Buisson

Bouchon (â)

Lu

Buissonville

Bouchonvèye

Na

Bultia

v. Le Bultia

H

Burdine

Beûrdéne

Li

Bure

Bûre

Lu

Buresse

Burèsse

Na

Buret

Burèt

Lu

Burhaimont

Beurémont

Lu

Burnaimont

Burnêmånt

Lu

Burnenville

Burninvèye (o l')

Li

Burnon

Beurnon

Lu

Burnontige

Burnontîdje (å)

Li

Burtonville

Beûrtonvèye

Lu

Bury

Buri

H

Buvrinnes

Buvrène

H

Buzenol

Bujenau

Lu

Buzet

Bûzèt

H

Buzet

Bûzèt

Na

Buzin

Buzin

Na

05:45 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

C-D

Callenelles

Carniêle

H

Calone

Caleone

H

Cambron-Casteau

Cambron-Castiau

H

Cambron-Saint-Vincent

Cambron-Sint-Vincent

H

Caquehu

Cak'heû /h/

Li

Carlsbourg

Calsboûrg ou Casboûrg

Lu

Carnières

Cargnére

H

Casteau

Castia

H

Castillon

Castiyon

Na

Celles

Chèle

H

Celles

Cêle

Na

Celles(-lez-Waremme)

Cèle

Li

Cens

Cins'

Lu

Cerexhe-Heuseux

Cèréhe-Heûseû (Cèréhe: /X/; å Heûseû)

Li

Cerfontaine

Cèrfontène

Na

Céroux-Mousty

Cërou-Mousti

Br

Cetturu

Cèturu

Lu

Chabrehez

Tchâpehés (so lès / à )

Lu

Chaineux

Tchêneû (å)

Li

Chairière

Lè Tchèrîre

Na

Challes

Tchale

Li

Chamborgneau :

Tchambwârgnau

H

Champagne

Tchampagne (o l')

Li

Champia

Tchompia

Li

Champion (arr. Dinant)

Tchampion

Na

Champion (arr. Namur)

Tchampion

Na

Champlon (dép. Waha)

Tchimpion (-Faumène)

Lu

Champlon (Tenneville)

Tchimpion (-Ârdène)

Lu

Champs

Tchamp

Lu

Chanly

Tchanli ou Tchanlî

Lu

Chantemelle

Tchantemiéle

Lu

Chanxhe

Tchanhe /X/

Li

Chapelle-à-Oie

H

Chapelle-à-Wattines

Chapèle (à l’) (Wattines: Watène (à l’))

H

Chapelle-lez-Herlaimont

Tchapèle (à l’)

H

Chapois

Tchapwès

Na

Chapon-Seraing

Tchapon-Sèrè

Li

Chardeneux

Tchèn’nû

Na

Charleroi

Châlèrwè (Chârwè (anc.) (Carlier,1991))

H

Charneux (arr.Ve.)

Tchårneû (å)

Li

Charneux (dép. Harsin)

Tchaurneu (au)

Lu

Charneux (Jalhay)

Tchårneû (è)

Li

Chassepierre

Tchèssepîre

Lu

Chastrès

Tchèstrè

Na

Chastre-Villeroux

Tchausse-Vëlerou

Br

Châtelet

Tchèslèt

H

Châtelineau

Tchèslinia (ou Tchèsligna)

H

Châtillon

Tchèkion

Lu

Chaudfontaine

Tchaufontin.ne

Li

Chaumont

Tchâmont

Lu

Chaumont

Tchaumont

Na

Chaumont-Gistoux

Tchaumont-Djistou

Br

Chaussée-Notre-Dame-de-Louvignies

Caucéye (à l’)

H

Chauveheid

Tchâf’hé /h/

Li

Chavanne (dép. Harsin)

Chavane

Lu

Chêne (-al-Pierre)

Tchin.ne (â /lu)

Lu

Chênée

Tchê(ye)nêye

Li

Chenet

Tchin.nèt

Lu

Chenogne

Dj'none (à)

Lu

Chenois

Tchanou

Lu

Chéoux

Tchèyou

Lu

Cherain

Tchèrin

Lu

Cheratte

Tchèrate

Li

Chercq

Chèrk

H

Chertal

Tchèrtal

Li

Chession

Tchèssion

Li

Chestruvin

Tchèstruvin

Na

Chevaudos

Tch'vaudos (à)

Lu

Chevesnes

Svène

H

Chevetogne

Tchèvètogne

Na

Chèvremont

Tchîvrimont

Li

Chèvron

Tchèvron

Li

Chevrouheid

Tchèvroûhé  (è) /h/

Li

Chièvres

Chieuve

H

Chimay

Chimê

H

Chiny

Tchini

Lu

Chisogne

Tchîsogne

Lu

Chôdes

Tchôde

Li

Chokier

Tchokîr

Li

Cielle

Cièle

Lu

Ciergnon

Cièrgnon

Na

Cierreux

Cièru (anc. Chèru)

Lu

Ciney

Cînè

Na

Ciplet

Céplèt

Li

Ciply

Cipli

H

Clabecq

Clabèk

Br

Clavier

Clavîr

Li

Clerheid

Clér-Hé /h/

Lu

Clermont

Clérmont

Na

Clermont (arr.Ve.)

Clérmôt

Li

Clermont-sous-Huy

Clérmont

Li

Clochimont

Clotchîmont

Lu

Cobreville

Cobrêvèye

Lu

Cobru

Cobru

Lu

Cockaifagne

Cokêfagne

Li

Cocquereaumont

Cocraumeont

H

Cocriamont

Cokiamont

Na

Cocrou

Cocrou

Br

Cognelée

Cognéye

Na

Colfontaine

“Colfontène”

H

Collas

Colâs (ozès)

Lu

Colroy

Côloûroû

H

Comblain-au-Pont

Comblin-å-Pont

Li

Comblain-Fairon ou Comblain-la-Tour

Comblin-à-l’Toûr

Li

Comines

Comène

H

Commanster

C'manstèr (à)

Lu

Communes (aux) (Barchon)

C’mognes (ås)

Li

Compogne

C'pogne (à)

Lu

Conjoux

Côn’jou

Na

Conneux

Con.neu

Na

Converserie

Kivièsserîye (à l’)

Lu

Coo

Cô (â)

Li

Coquaimont

Cokêmont

Lu

Coquiane

Cokian.ne

H

Corbais

Corbây

Br

Corbion

Côrbion

Lu

Corbion

Côrbiyon

Na

Cordes

Corde

H

Corenne

Côrène

Na

Cornesse

Cwèrnèsse

Li

Cornet

Corné

H

Cornimont

Côrnîmont ou Cwarnîmont

Na

Coron

Coron

H

Corroy-le-Chateau

Côrwè

Na

Corroy-le-Grand

Côrwè-l'-Grand

Br

Corswarem

Cwarème

Li

Cortil-Noirmont

Cortë-Nwârmont

Br

Cortil-Wodon

Corté-Wodon

Na

Couillet

Couyèt

H

Cour

Coûr

Li

Courcelles

Coûrcèle

H

Courrière

Côrêre

Na

Cour-sur-Heure

Coûrt

H

Courtil

Courti

Lu

Court-Saint-Etienne

Coût(-Sint-Stiène)

Br

Cousteumont

Cousteûmånt

Lu

Couthuin

Coûtwin

Li

Coutisse

Coutisse

Na

Couture-Saint-Germain

Couteûre-Sint-Djèrmin

Br

Couvin

Couvin

Na

Couvreux

Couvrû

Lu

Cowan

Cwan

Lu

Cras-Avernas

Crès-In.mna  (ou Crins-In.mna)

Li

Crehen

Crèhin /h/

Li

Creppe

Crèpe

Li

Crisnée

Cruchenêye

Li

Croiseau

Croujète (à l’)

H

Croisette

Creojète

H

Croix-lez-Rouveroy

Croûs (é l’)

H

Cronfestu

Cron-Fèstu

H

Crupet

Crupèt

Na

Cuesmes

Cwême

H

Cugnon

Keugnon

Lu

Cul-des-Sarts

Cu-dès-Sauts

Na

Curfoz

Curfô

Lu

Custinne

Custène

Na

Dailly

Dayi

Na

Dairomont

Dêrômont

Lu

Dalhem

Dålèm

Li

Dampicourt

Dampîcout

Lu

Dampremy

Dârmè

H

Damré

Dam’ré

Li

Darion

Dèrion

Li

Daussois

Dausseu

Na

Daussoulx

Daussou ou Daussoû

Na

Dave

Dauve

Na

Daverdisse

Davedisse

Lu

Deigné

Dègné

Li

Denée

D’néye (à)

Na

Dergneau

Deurgnau

H

Desnié cf Basse-Desnié

 

Li

Deulin

Deûlin

Lu

Deux-Acren

Deûs-Âcres (Lès)

H

Deux-Rys

Deûs-Ris (å)

Lu

Devantave

D'vant-Tâve (à)

Lu

Devant-les-Bois

D’vant-lès-Bwès (à)

Na

Dhuy

Du

Na

Dieupart

Dièpårt

Li

Dime

Din.me (à l’)

H

Dinant

Dinant

Na

Dinez

Diné

Lu

Dion

Djon ou Dion

Na

Dion-le-Mont

Djon-l'-Mont

Br

Dion-le-Val

Djon-l'-Vau

Br

Dison

Dîson ou Dîsô

Li

Dochamps

Dotchamp

Lu

Dohan

Dôan

Lu

Doische

Dwèche

Na

Dolembreux

Dolimbreû

Li

Dolhain

Dolhin /h/

Li

Dommartin

Doûmartègn

Li

Donceel

Doncél

Li

Dongelberg

Dong’biè

(ou: Don’biè, Donl’ biè, Donbiè

(Gaziaux,1987,302))

Br

Donstiennes

Donstiène

H

Donveau

Donvau

Na

Dorinne

Dorène

Na

Dottignies

Dotegnî

H

Dour

Doû

H

Dourbes

Dourpe

Na

Douvrain

Douvrin

H

Doyon

Doyon

Na

Dréhance

Drouwance

Na

Durbuy

Dèrbu

Lu

Durnal

Durnal

Na

05:44 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

E-F

Eau-Rouge

Rodje-Êwe (à l’)

Li

Eben-Emael

Ebèn-Emål

Li

Ebly

Éblî   /e-/

Lu

Ecaussines-d’Enghien

Scaucène; au Grand-Vilâdje

H

Ecaussines-Lalaing

Scaucène; au P'tit-Vilâdje

H

Eghezée

Inguèzéye

Na

Ehin

Ehin /h/

Li

Ellemelle

Mèle (è l’)

Li

Ellezelles

L'zîle (à)

H

Ellignies-lez-Frasnes

Ingnî

H

Ellignies-Sainte-Anne

Egnî

H

Elouges

Eloûje

H

Embourg

Imboûrg

Li

Emines

Émène

Na

Emptinnal

Èm’tina1

Na

Emptinne (arr. Dinant)

Èm’tène

Na

Enghien

Inguî

H

Engis

Indji

Li

Engreux

Èn'grè   /è-/

Lu

Enhet

Èn'hèt   (h = glottal stop)

Na

Enines

Enëne

Br

Ennal

Ènal  /è-/

Lu

Ensival

(È)N’zîvå (à)

Li

Envoz

Èn'vo

Li

Epinois

Spinoû

H

Eprave

Èprâve

Na

Erbaut

Erbau

H

Erbisoeul

Erbusieû

H

Ere

Êre

H

Erezée

Èrèzé  /è-/

Lu

Ermeton-sur-Biert

'Rmèton (à)

Na

Ernage

Èrnadje

Na

Erneuville

'Rnuvèye (à)

Lu

Ernonheid

Èrnonhé /h/

Li

Erpent

Èrpint

Na

Erpigny

Èrpigné 

Lu

Erpion

Èrpiyon

H

Erquelinnes

'Rkèlène (à)

H

Erquennes

Erkène

H

Erria

Riyâs (èzès)

Li

Escalette

Escalète

H

Escanaffles

Ecanafe

H

Esneux

Esneû

Li

Esplechin

Epèrchin

H

Esquelmes

Etchèlme

H

Estaimbourg

Etimbourg

H

Estaimpuis

Etimpuch

H

Estinne

Èstiné

Lu

Estinnes-au-Mont

Estène (à l’)

H

Estinnes-au-Val

Èstène-au-Val (à l') ou Basse-Estène (à l')

H

Etalle

Ètaule   

Lu

Ethe

Éte (à-y-)  /e-/

Lu

Eugies

Widjî

H

Eve

Éve

Na

Evegnee

M’gnêye (è)

Li

Evelette

Évelète

Na

Eveux

Èveû   /è-/

Lu

Evregnies .

Evèrgnî

H

Evrehailles

Baye

Na

Exbomont

Gbômont (è)

Li

Fagnes

voir Les Fagnes

Li

Fagnolle

Fagnole

Na

Fagnoul

Fagnoûle (à l')

Li

Failon

Fêlon

Na

Faimes

Fême

Li

Fairoul

Faîroul

Na

Falaën

Falayin

Na

Falemprise

Falimprîje

Na

Falisolle

Fârjole

Na

Fallais

Falå

Li

Falmagne

Falmagne

Na

Falmignoul

Falmignoûl

Na

Familleureux

Famiyeûrû

H

Fanzel

Fanzé

Lu

Farciennes

Faurcène

H

Farnières

Fârnîre

Lu

Faulx -les-Tombes

Fau; Tombes (aus)

Na

Fauroeulx

Fauru

H

Fauvillers

Fêviè

Lu

Faymonville

Fêmonvèye

Li

Fays

Fayi (â)

Li

Fays (Harre)

Fayi (å)

Lu

Fays (Longchamps)

Fayi

Lu

Fays-Famenne

Fayé

Lu

Fays-les-Veneurs

Fayé (ou)    NB ou = au (en wallon central))

Lu

Fayt-le-Franc

Fayi

H

Fayt-lez-Manage

Fayi (au)

H

Felenne

Fèlène

Na

Feluy

Fèlû

H

Feneur

F’neûr (à)

Li

Fenffe

Finfe

Na

Ferage

Fèraudje

Na

Fernelmont (fusion)

Fèrnémont

Na

Ferrières

Fèrîre

Li

Ferrooz

Fèrô

Na

Feschaux

Fèchau

Na

Fexhe (arr. Li.)

Fèhe  /X/

Li

Fexhe-le-Haut-Clocher (arr. War.)

Fèhe(-â-Haut-Clokî)  /X/

Li

Filée

Filéye

Na

Filly

Fèyi

Lu

Filot

Fîlot

 

Fineuse

Fineûse

Lu

Finnevaux

Finevau

Na

Fisenne

Fîsène

Lu

Fize-Fontaine (arr. Huy)

Fîse

Li

Fize-le-Marsal (arr. War.)

Fîse; Mårsale (à l’)

Li

Flamierge

Flamîdje

Lu

Flamisoulle

Flamejoûr